WACA ResIP / FORET GODJE-GODJIN : VERS UNE GESTION DURABLE DES ACQUIS

Appui à la mise en œuvre du Plan d’Aménagement et de Gestion de la forêt sacrée Godjé-Godjin, c’est le nouveau projet que pilote l’Association de Conservation et de Promotion Culturelle – ACPC avec le soutien technique de l’ONG AGBO-ZEGUE. Ce sous-projet financé par le programme WACA ResIP s’étale sur 3 ans.

Localisée dans la Préfecture de Yoto (Région Maritime), la forêt sacrée Godjé-Godjin s’étend sur deux (02) cantons à savoir les Cantons d’Essè et de Gboto. Entourée par les villages riverains à l’instar de Domézékopé, Gboto-Atchamé, Godjinmé, Mawugbé, Agossahoé, Bossoukopé et Témanou, elle dispose d’un Plan d’Aménagement et de Gestion élaboré par le projet Réserve de Biosphère Transfrontalière du Delta du Mono – RBTDM de la GIZ dont sa mise en œuvre par les gestionnaires a été possible avec deux subventions de la GIZ. Aujourd’hui, il est donc question de l’appui à la mise en œuvre de ce Plan d’Aménagement et de la Gestion de la dite forêt sacrée.

La forêt sacrée Godjé-Godjin est un site naturel de conservation de la diversité biologique. Avec des espèces emblématiques comme le singe à ventre rouge (Cercopithecus erythrogaster erythrogaster), les oiseaux migrateurs, les tortues à carapaces molles, etc. et des écosystèmes très variés comme les forêts galerie, les forêts semi-décidues et les forêts sèches, elle constitue une solution naturelle pour aider les communautés riveraines à lutter contre la pauvreté. C’est également un outil essentiel d’adaptation aux effets de changements climatiques et de développement durable dans le contexte de décentralisation dans lequel le Togo s’inscrit progressivement. Son aspect culturel draine tout un monde autour des divinités qu’elle abrite ; et comme la plupart des forêts du pays, elle a subi une réduction de sa superficie. Initialement 93 ha, sa superficie est aujourd’hui réduite à 53 ha. Malgré qu’une portion de 40 ha de la forêt ait été rétrocédée à la population locale, les prélèvements anarchiques et clandestins des ressources naturelles continuent de se dérouler et aboutissent de plus en plus à la destruction des écosystèmes naturels, surtout la coupe des grands arbres.

Après les activités de GIZ via le projet RBTDM, l’association de gouvernance locale ACPC (Association de Conservation et de Promotion Culturelle) soutenue par AGBO-ZEGUE ONG (Association togolaise pour la conservation de la nature) lance le sous-projet : Appui à la mise en œuvre du Plan d’Aménagement et de Gestion de la forêt sacrée Godjé-Godjin.

D’un cout total de US$ 121 492 (soit 66 820 800 de F Cfa), ledit projet sera exécuté sous la coupole du programme WACA.

L’objectif général est de contribuer à la mise en œuvre du Plan d’Aménagement et de Gestion de la forêt sacrée Godjé-Godjin par le renforcement, la protection et la surveillance de la forêt, la valorisation des ressources, le renforcement des capacités techniques et institutionnelles de gestion et le renforcement du suivi écologique des ressources de la forêt.

Rappelons que dans les 3 années à venir, l’écosystème de la forêt sacrée Godjé-Godjin sera bien géré, les ressources valorisées, les activités génératrices de revenus en lien avec la conservation développées et les capacités institutionnelles et organisationnelles de l’ACPC, association de gouvernance locale, renforcées.

Les membres de l’ACPC et les communautés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *